Quelle est la force de ces documents, vraiment ?

Lorsque vous vous inscrivez dans une salle de sport, avant que le personnel ne vous enferme dans une adhésion éternelle au mois ou un contrat annuel, il vous fait signer un document crucial : une renonciation ou un déni de responsabilité. Retrouvez d’autres informations ici.

« Oui, bien sûr, peu importe », dites-vous. « Je vais le signer. Peu importe ce qui me rapproche de ces doux gains, mon frère ! »

Certaines personnes lisent rapidement ce document, mais la plupart le signent sans le lire.

C’est généralement inévitable, car vous ne pouvez pas obtenir l’abonnement à la salle de sport sans signer cette décharge.

Cependant, vous acceptez que le club de gym ne soit pas responsable des blessures que vous pourriez subir en utilisant son équipement. En d’autres termes, vous ne pouvez pas les poursuivre en justice pour des blessures corporelles et VOUS assumez le risque de l’activité.

Vous verrez des exonérations de responsabilité en vigueur pour la plupart des activités qui comportent un certain risque, comme la plongée sous-marine, l’équitation, le rafting, l’escalade, etc.

Vous voulez savoir combien d’autres façons de dire « déni de responsabilité » ? (Autant fuir la loi avec tous ces pseudonymes connus !)

– Accord d’indemnisation

– Décharge de responsabilité

– Dérogation

– Renonciation aux droits

– Exonération de responsabilité

– Accord d’exonération de responsabilité

– Accord de prise en charge

– Libération avant blessure

– Accord à décharge

– Prise de risque

Mais je n’étais pas vraiment d’accord avec cela. L’ai-je fait ?

Les clauses de non-responsabilité sont en effet des contrats légaux.

Même si les avocats ne sont pas présents lorsque vous signez et que vous n’êtes pas allé dans un cabinet d’avocats, ce document est un contrat et vous êtes censé le lire avant de le signer. C’est pourquoi ils vous demandent d’imprimer et de signer votre nom. Dans certains États, ces documents peuvent même être signés et liés au nom de mineurs.

La solidité de ces contrats dépend toutefois de la manière dont ils sont utilisés en conjonction avec d’autres méthodes de prévention des négligences.

Pour replacer cette déclaration dans son contexte, imaginez que vous faites une tarte au potiron. Vous vous souvenez bien sûr de la purée de citrouille – les œufs, le lait concentré, les épices – vous fouettez le tout, vous le mettez au four, vous le laissez refroidir, vous en prenez une bouchée tant attendue… et vous le recrachez avec dégoût.

Il y a des moments où vous pouvez encore intenter un procès si vous avez signé une renonciation.

Une renonciation est un contrat disculpatoire. Cela signifie qu’elle est utilisée pour exonérer une partie de sa responsabilité lorsque l’autre partie contractante est blessée par des risques connus ou inconnus dans une activité particulière. Cela inclut les risques inhérents et la négligence ordinaire.

Ces documents sont interprétés par les tribunaux conformément aux principes du droit des contrats, la manière dont ils sont rédigés est donc cruciale. Une clause ou une virgule mal placée peut faire s’écrouler tout l’argument.

Quand une renonciation sera-t-elle confirmée par les tribunaux ?

Une exonération de responsabilité (alias une décharge ou une renonciation) sera confirmée si les faits suivants sont constatés :

– Le document n’enfreint pas les lois de l’ordre public ;

– La renonciation est correctement formulée conformément au droit des contrats de l’État dans lequel elle a été rédigée ; et

– Le préjudice résulte des risques énoncés dans le contrat ou d’une simple négligence de la société qui décline toute responsabilité.

Parfois, les tribunaux discuteront des « risques connus et inconnus », ainsi que des risques inhérents à une activité.

Les exonérations fonctionnent-elles partout ?

Non. Bien entendu, chaque pays est un peu différent.

Les tribunaux examineront chaque aspect du contrat. Y avait-il un langage voyant ? Les blessures étaient-elles extrêmes ? Y avait-il une inégalité de pouvoir de négociation ? Y avait-il des risques inhérents à l’activité ?

En fin de compte, tout se résume au langage du contrat, à la prévoyance de l’organisation et à la nature de l’accident.

S’agissait-il d’une blessure prévue par le contrat ? Ou était-ce un acte de négligence grave auquel l’organisation aurait dû être préparée, mais ne l’a pas été ?

Si c’est le cas, les tribunaux considéreront probablement que la clause de non-responsabilité est inapplicable.

Cependant, si le contrat est bien écrit et que l’organisation qui décline toute responsabilité a pris des mesures pour se protéger, alors le demandeur ne l’emportera probablement pas.