Incendie, effondrement, fissures ou dégât des eaux, nombreux sont les sinistres qui peuvent subvenir durant des transactions immobilières. Un expert intervient alors afin d’évaluer les dégâts et d’engager un processus de dédommagement ou d’indemnisation.

En réalité, si ce dernier peut être mandaté par une société d’assurance, il peut également être recruté par l’assuré lui-même. Quelle différence y a-t-il entre un expert d’assuré et un expert d’assurance ? Les réponses dans cet article.

L’expert d’assurance : le professionnel au service de l’assureur

L’expert d’assurance est un professionnel qui intervient dans le règlement des sinistres. Sa mission consiste en réalité à relever toutes les données en relation avec un sinistre et à évaluer une indemnisation à l’assurance pour le règlement des dommages. Celui-ci se charge ensuite de proposer une compensation finale à l’assuré en tenant compte des clauses inscrites dans son contrat. Dans son rapport d’expertise, l’expert d’assurance se charge notamment de relever :

  • les conditions du sinistre,
  • les biens endommagés,
  • les modalités de remise en état.

Ces éléments lui permettent de faire preuve d’impartialité et de neutralité dans le rendu de son verdict. En outre, l’expert d’assurance est directement missionné par une compagnie d’assurance. Il est rémunéré sous forme d’honoraires. S’il a la possibilité de travailler dans une compagnie d’assurance, il peut tout aussi bien exercer dans un cabinet indépendant comme ce que propose PH Expertises, une entreprise indépendante experte en bâtiment.

Par ailleurs, un assuré insatisfait des services de l’expert d’assurance peut faire appel à un autre expert afin de réclamer une augmentation des indemnités : l’expert d’assuré.

expert assuré assurance

L’expert d’assuré : le professionnel qui défend l’assuré

À l’instar de l’expert d’assurance, la fonction de l’expert d’assuré consiste également à gérer les sinistres. Cependant, l’expert d’assuré est recruté par l’assuré lui-même. Il intervient en contre-expertise lorsque le sinistré est en désaccord avec le montant d’indemnisation proposé par sa compagnie d’assurance.

Ainsi, l’expert d’assuré prend parti pour le sinistré. Une fois mandaté, il devient le représentant de l’assuré. Il prend en main le suivi du dossier en contredisant si besoin le rapport d’expertise de l’expert d’assurance.

En effet, le rôle de l’expert d’assuré est de défendre les intérêts de l’assuré. À cette fin, il intervient au niveau de l’évaluation des sinistres dans le but de maximiser le montant de la requête d’indemnisation auprès de la société d’assurance, en faveur de son client. Il privilégie avant tout un arrangement à l’amiable et veille à la conservation d’un cadre transactionnel.

À l’issue des réclamations, l’une des tâches de l’expert d’assuré consiste à ressortir absolument tous les chefs de préjudices présents dans le contrat. Cette manœuvre lui permet de trouver suffisamment de failles afin de contredire le rapport d’expertise de l’expert d’assurance et de maximiser les frais d’indemnisation.

Les honoraires de l’expert d’assuré sont à la charge de l’assuré lui-même. Toutefois, ils peuvent être garantis par son contrat d’assurance. Ces honoraires sont en effet proportionnels au montant des indemnités touchées. Ainsi, plus les indemnités perçues sont élevées, plus la rémunération de l’expert recruté par l’assuré est importante.

Les experts sont des maillons incontournables dans la gestion des sinistres. Si l’expert d’assurance est un médiateur objectif, impartial et neutre dans son rapport d’expertise, l’expert d’assuré peut quant à lui faire preuve de subjectivité et a pour but de défendre les intérêts de l’assuré.