Votre guide santé

Les impacts mentaux et physiques du COVID-19 : 1 an plus tard

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Les_impacts_mentaux_et_physiques_du_COVID_19_:_1_an_plus_tard

Les professionnels de la santé ont assisté à un rapprochement comme jamais auparavant au pire de la pandémie, lorsque le monde s’est arrêté et que les décès ont grimpé en flèche. Lorsqu’ils parlent de COVID-19 aux médecins et aux infirmières de la région, ils évoquent les nombreuses collaborations qui avaient lieu au sein de leurs professions en ligne, alors qu’ils travaillaient avec leurs collègues praticiens dans d’autres parties du comté pour connaître les symptômes en constante évolution et les traitements efficaces. Mais alors qu’ils perfectionnent les traitements et se tournent vers les vaccinations apportant une immunité de groupe, en général, ils s’inquiètent du fait que les citoyens au sein de leurs communautés se fassent vacciner et continuent à porter des masques et à garder une distance sociale lorsque cela est nécessaire.

Selon une récente enquête en ligne, 76,5 % des personnes qui ont répondu prévoient de se faire vacciner ou l’ont déjà fait. C’est une nouvelle que les professionnels de la santé seront heureux d’entendre. La plupart des maladies peuvent être atténuées si au moins 75 % de la population est vaccinée. Et plus vite nous atteindrons ces 75 %, plus vite nous reviendrons à une sorte de  » normalité « , même s’il est plus que probable qu’elle ne sera pas la même qu’avant le COVID-19.

 

L’inquiétude de la communauté médicale concerne les 23,4 % qui sont indécis ou qui ne prévoient pas de se faire vacciner, et les 30,7 % qui ne sont pas inquiets de contracter le COVID-19. Alors que la probabilité de mourir diminue avec l’utilisation du vaccin, pour ceux qui ne sont pas vaccinés, la probabilité de mourir alors que cela aurait pu être évité augmente. Il en va de même pour la probabilité de contaminer quelqu’un d’autre. Si la plupart des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête présentaient certains symptômes, 19,7 % d’entre elles avaient des symptômes minimes ou étaient asymptomatiques. Ils pourraient donc être porteurs du virus.

Mais ceux qui ont effectivement eu le virus ne sont pas les seuls à en être victimes. Les personnes âgées des communautés de retraite ont été les plus durement touchées, car elles étaient mises en quarantaine dans leur chambre. Et si cela les a préservées du COVID-19, cela les a souvent rendues plus fragiles et malades en raison du manque d’interaction humaine. Comme cela a été le cas pour beaucoup d’autres. Il ne s’agit pas seulement de la santé physique, mais aussi de la santé mentale. Dans l’enquête Source, 86 % des personnes interrogées ont connu une forme d’agitation mentale sous forme d’anxiété, de dépression, d’insomnie ou de solitude.

 

Si la plupart des personnes interrogées ont pu conserver leur santé physique pendant la pandémie, 20 % ont vu leur santé décliner, et 47,7 % ont vu leur routine d’exercice diminuer.

Pour autant, le sentiment général des personnes interrogées est qu’elles ont appris davantage sur leur santé et la santé en général pendant la pandémie. Qu’il s’agisse de devenir plus conscient de la façon dont les germes et les virus se propagent ou de changer ses habitudes d’exercice et d’alimentation pour le mieux, de manière générale, la pandémie a apporté des changements sains à ceux qui ont répondu à l’enquête.

Comme l’a dit un répondant, « Je mène un mode de vie sain. Mais la pandémie m’a fait prendre conscience de l’importance de rester en bonne santé. Ma santé mentale a été un peu secouée pendant le confinement. Mais je l’ai reconnu, je l’ai admis et je ne l’ai pas laissé prendre le dessus. »