Votre guide santé

Quelle est la preuve la plus solide que nous vivons vraiment dans le siècle de la biologie ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Quelle_est_la_preuve_la_plus_solide_que_nous_vivons_vraiment_dans_le_siècle_de_la_biologie_?

On estime que tous les six mois, les laboratoires du monde entier génèrent plus de données biologiques que ce qui n’a jamais été créé auparavant dans l’histoire de l’humanité. Même dans les publications non scientifiques, on lit des articles sur la biologie synthétique, l’édition de gènes, le séquençage de gènes, les tests prénataux non invasifs, les biopsies liquides et bien d’autres mots à la mode de ce type.

 

Vivre au siècle de la biologie

Les nouvelles découvertes sont utilisées avec un succès croissant dans le développement de médicaments. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé 46 nouveaux médicaments en 2017. C’est deux fois plus que l’année précédente, et le nombre le plus élevé depuis 21 ans. Parmi les médicaments nouvellement approuvés figuraient 14 médicaments anticancéreux, certains avec des mécanismes d’action entièrement nouveaux pour le traitement, comme les premiers produits basés sur des approches de thérapie génique. Malgré cela, les personnes qui ne travaillent pas dans la recherche ou dans l’industrie des sciences de la vie ne reconnaissent souvent pas vraiment ce qui se passe dans le monde de la biologie. Je me suis donc demandé : quelle est la preuve la plus solide que nous vivons effectivement dans le  » siècle de la biologie « , comme il a souvent été décrit ?

 

Pour moi, la preuve la plus évidente est le nombre en plein essor de consommateurs qui veulent des tests génétiques et tests adn sur leurs origines ! Pendant de nombreuses années, cette science se déroulait exclusivement derrière les portes closes d’institutions de recherche de haut niveau. Vous souvenez-vous encore du projet du génome humain à la fin du XXe siècle, qui a duré 15 ans et coûté des milliards d’euros ? Aujourd’hui, cette science a atteint nos salons et nous pouvons commander des kits d’ADN sur Internet, cracher de la salive dans un tube et recevoir nos rapports génétiques en quelques semaines. Tout cela pour un coût inférieur à 100 euros. Cela aura un impact considérable sur la science, les soins de santé et les entreprises. Et les chiffres montrent que cela se produit en ce moment même ; ce n’est pas une simple spéculation.

 

Les consommateurs sont à l’origine de la tendance en commandant des tests ADN sur Internet

Lorsque j’assistais à une conference plus tôt cette année, le PDG d’Illumina, a présenté le nombre d’échantillons de consommateurs génotypés ou séquencés par an par les plus grandes sociétés de génomique grand public comme 23andMe , Ancestry , FamilyTreeDNA, National Geographic Geno et Helix. Selon la diapositive présentée, plus de 7 millions d’échantillons ont été génotypés ou séquencés en une année.

Il n’y avait pas d’échelle indiquée sur le graphique à barres qui a été présenté, mais selon mes calculs, environ 1,5 million d’échantillons ont été génotypés ou séquencés en 2015, et cela a augmenté de plus de 50 % pour atteindre plus de 2 millions d’échantillons en 2016. Puis il a pratiquement triplé en 2017 pour atteindre plus de 7 millions. C’est une augmentation remarquable, et lorsque vous voyez les données sur un graphique, il est clair qu’elle a atteint un point d’inflexion majeur, ce qui signifie qu’elle décolle vraiment avec un taux de croissance inattendu.

Evidemment, parmi d’autres facteurs, ce phénomène a beaucoup à voir avec la baisse du coût du séquençage et du génotypage, qui a eu un impact favorable. Il faut au préalable que les consommateurs puissent se le permettre pour stimuler la tendance.

 

La majorité des consommateurs approuvent l’utilisation de leurs données génétiques dans la recherche

À la même conférence sur les soins de santé, j’ai également assisté à une discussion au coin du feu avec la PDG de 23andMe. Les principaux produits de 23andMe et d’autres vendeurs sont aujourd’hui centrés sur les rapports d’ascendance destinés aux consommateurs.

Plus tôt cette année, 23andMe a reçu l’approbation pour vendre également des kits de test de dépistage du cancer à domicile afin de détecter un risque accru de cancer du sein, des ovaires et de la prostate.