Votre guide santé

Se lancer en tant que kinésithérapeute libéral – Quelles sont les premières démarches pour monter son cabinet ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
kinésithérapeute

La kinésithérapie est une science paramédicale utilisant les techniques de la physiothérapie. Elle est une science appliquée de manière légale par des professionnels ayant suivi des formations rigoureuses dans le domaine. Cependant, pour exercer cette discipline dans le domaine du libéral, il est important de respecter certaines conditions et d’effectuer des démarches administratives. Quelles sont-elles ?

Quel est le champ d’intervention du Kinésithérapeute?

Le masseur-kinésithérapeute est un professionnel qui consulte au cabinet ou à domicile, ce qui lui permet de soigner un grand nombre de patients. Dans la pratique de son métier, l’importance de se doter d’un logiciel de télétransmission pour Kinés n’est plus à remettre en cause. L’utilisation de ce logiciel permet de faciliter le remboursement de la sécurité sociale aux patients, de réduire les lourdeurs administratives, de permettre au kinésithérapeute de bénéficier des aides financières. Le kinésithérapeute utilise ses mains ou le massage pour permettre au patient de retrouver ses capacités fonctionnelles ou l’utilisation de ses muscles. Différentes techniques sont utilisées dans la pratique de cette discipline comme celles de la rééducation active et de la rééducation passive. Dans certains cas, la kinésithérapie apprend aux patients comment compenser une perte fonctionnelle. C’est une discipline qui demande des connaissances solides dans le domaine avant toute application.

Quelles sont les démarches pour l’ouverture d’un cabinet ?

D’entrée, pour pratiquer la kinésithérapie, le pratiquant doit obtenir un diplôme d’État de masseur kinésithérapeute après 5 ans de formation. Une fois qu’il a son diplôme en main, il peut décider d’ouvrir son cabinet. Voici les démarches à effectuer avant l’ouverture de son cabinet.

Inscription à l’ordre des kinésithérapeutes

Avant d’ouvrir son cabinet, le pratiquant doit appartenir à l’ordre des Kinésithérapeutes français. Pour l’inscription à l’ordre des kinésithérapeutes, des pièces justificatives lui sont demandées et il doit les déposer au conseil départemental dont il dépend. Les documents peuvent être aussi envoyés par courrier ou par lettre recommandée avec accusé de réception. Après étude de dossier, le conseil prend sa décision d’accepter ou non le candidat en fonction de ses critères. Lorsque le dossier est accepté, le conseil enregistre le diplôme du professionnel et lui délivre une attestation d’inscription sur laquelle il y a son numéro RPPS. Ensuite, la carte professionnelle de santé (CPS) lui est envoyée.

L’enregistrement auprès de l’assurance maladie

Le masseur kinésithérapeute est dans l’obligation de faire un enregistrement auprès d’une assurance maladie. Le dépôt de ce dossier lui permet d’avoir un entretien avec un conseiller en assurant pour savoir quels sont les services en assurance dont il a besoin pour l’exercice de son métier. Le conseiller en assurance présente au professionnel, la convention nationale des masseurs kinésithérapeutes et les options d’utilisation de sa carte professionnelle de santé. Ensuite, le conseiller fait la commande des feuilles de soins pré-identifiées au nom du thérapeute et effectue les démarches nécessaires pour sa protection sociale personnelle comme l’affiliation au PAMC et l’immatriculation au URSSAF.

La création de l’entreprise

Pour créer le cabinet, il faut premièrement choisir le statut juridique. Ce choix est influencé par le fait qu’il décide de travailler seul ou d’associer d’autres professionnels à son activité. Il est donc préférable qu’il consulte un juriste qui lui présentera toutes les options qui s’offrent à lui, et tous les inconvénients liés au choix d’un statut juridique.  Une fois le statut juridique choisi, il doit faire la demande de l’immatriculation de l’entreprise.

Il existe aussi des aides à l’installation auxquelles le professionnel peut souscrire comme :

  • le CACCMK,
  • le CAMMK,
  • le CAIMK,
  • le CIMK, etc.

Il est important de savoir qu’il existe de nombreuses réglementations à respecter en termes de l’exercice de la fonction de kinésithérapeute.