L’analyse des besoins en assurance vie sert à calculer le montant forfaitaire nécessaire pour éliminer toute insuffisance de dépenses qui pourrait survenir dans un régime à la suite du décès du client principal et de son conjoint ou partenaire. Elle est destinée à montrer en chiffres tout déficit de couverture d’assurance vie qu’une personne pourrait avoir à un moment donné du calendrier de planification, afin d’évaluer le montant de couverture supplémentaire que cette personne pourrait vouloir envisager.

Dans les plans pour couples, mariés ou en partenariat civil, l’analyseur évaluera la couverture d’assurance vie supplémentaire éventuelle nécessaire pour le client principal ainsi que pour le conjoint ou le partenaire de cette personne. Une simulation sera toujours effectuée pour les deux personnes.

Lorsque vous effectuez une simulation à partir de l’écran « Voyons voir », entrez le nombre d’années pendant lesquelles la personne restera dans le régime. Dans les régimes pour couples, entrez le nombre d’années restantes pour le client principal et pour son conjoint ou son partenaire. Si vous souhaitez modéliser une mortalité immédiate dès le début du plan, entrez 0 année restante.

L’année suivante, la simulation ajoutera un événement de simulation de mortalité (Sim Mortality) et fera tout ce que le logiciel ferait normalement si la personne spécifiée devait mourir à un moment donné du calendrier de planification.

– Les prestations sont versées au titre des politiques de protection active.

– Si la personne est activement employée au moment de son décès et bénéficie d’une couverture décès en cours d’emploi, une somme forfaitaire sera versée au bénéficiaire. Les paiements des pensions de veuvage commenceront également à être versés au survivant.

– Les paiements forfaitaires sont effectués à partir des achats d’argent.

– Les options de survie et de paiement conjoint sont appliquées aux pensions de tirage, aux rentes, selon la façon dont vous les configurez.

– Les paiements peuvent se poursuivre à partir des régimes de salaire de fin de carrière qui sont en cours de paiement au moment du décès, selon la configuration du régime. Les salaires de fin de carrière qui sont différés au moment du décès peuvent donner lieu au versement d’une pension, au remboursement de cotisations individuelles ou au versement d’une prestation en capital au survivant, selon la configuration de la pension différée.

– La succession du défunt est liquidée et distribuée soit par défaut au conjoint/partenaire survivant, soit comme spécifié à l’écran Plans de succession.

– Les obligations (fonds de vie onshore et offshore) sont liquidées et distribuées aux bénéficiaires.

– Les biens/actifs, s’ils sont en copropriété, seront transmis au conjoint/partenaire survivant. Si le bien n’est pas en copropriété, il sera liquidé et le produit passera par la distribution de la succession.

– L’emploi et les autres revenus gagnés par le défunt prendront fin à moins qu’il ne s’agisse d’une autre source de revenu spécialement étiquetée « Revenu survivant propriétaire ».

– Les dépenses, si elles n’appartiennent qu’à la personne décédée, prendront fin au moment de la mortalité.

Réduction des dépenses suite à la mortalité

Si une dépense est en copropriété, elle sera maintenue dans le plan aux niveaux précédemment fixés. Nous ne faisons aucune hypothèse sur les dépenses qui devraient diminuer, car un plan peut contenir un mélange de dépenses, dont certaines ne seront pas diminuées. Par exemple, le remboursement d’un prêt hypothécaire ne diminuera pas, alors que les frais de subsistance, en général, diminueront probablement.

Si la réduction des dépenses est une préoccupation, envisagez de répartir entre le client et son conjoint les dépenses qui devraient être réduites automatiquement en cas de décès. Indiquez qu’il s’agit de dépenses personnelles en sélectionnant un seul propriétaire dans le panneau « Personnes » à droite de l’écran. Si le propriétaire de la dépense décède, les dépenses personnelles de cette personne seront également incluses dans le plan.

Sinon, envisagez de modéliser la mortalité précoce dans un scénario utilisant un événement de mortalité de remplacement et effectuez ensuite une analyse des besoins en somme forfaitaire pour obtenir le chiffre qui serait fourni par l’analyse des besoins en assurance vie.

Une fois ces liquidations et transactions terminées, l’analyse des besoins en assurance vie se contente d’effectuer une analyse des besoins en somme forfaitaire pour déterminer le montant qui serait nécessaire sous forme de versement forfaitaire au moment de l’événement de mortalité sélectionné afin d’éviter toute insuffisance de trésorerie par la suite.

Remarque : les sources de paiement privilégiées définies sur « Seule la source privilégiée autorisée à effectuer le paiement » peuvent affecter la capacité de la simulation à combler tous les déficits et entraîneront une simulation insoluble, qui se manifeste généralement par une somme scandaleusement élevée en tant que résultat du besoin.

Vous pouvez visualiser ce qui est supposé se produire dans l’année de mortalité simulée, après avoir lancé la simulation, en cliquant sur la barre du graphique du haut ou du bas dans l’année où l’événement de mortalité simulé en rouge est positionné. La légende du graphique apparaîtra. Cliquez sur le lien « Info détaillée » en bas de la légende pour afficher des informations supplémentaires sur l’année.

Notez que le graphique ne montre que le problème potentiel, le manque à gagner possible après le décès. Il n’indique pas la résolution, comme c’est le cas des autres analyseurs de besoins. Par conséquent, vous ne pouvez pas voir où le montant forfaitaire supplémentaire – le résultat de l’analyse des besoins – est déposé.

Que suppose le logiciel avec l’apport forfaitaire ?

Le montant forfaitaire créé par l’analyseur des besoins en assurance vie est déposé sur le compte en espèces par défaut du survivant – par exemple, le compte en espèces de Julie.

Chaque personne du régime dispose d’un compte en espèces par défaut (par exemple, l’argent de Damien, l’argent de Laura), qui peut être consulté et configuré sur l’écran d’épargne. Ces comptes sont utilisés pour saisir les rentrées de fonds forfaitaires qui ne sont pas prévues pour être déposées sur des comptes spécifiques tels que l’épargne, les investissements ou les achats d’argent. Les fonds déposés dans l’encaisse par défaut sont toujours utilisés comme première source de revenus complémentaires lorsque les autres entrées ont été épuisées et que les dépenses prévues restent non effectuées.

Les fonds déposés sur des comptes de trésorerie par défaut ou souvent cultivés en utilisant le taux de croissance par défaut pour les liquidités/épargne, qui est défini dans Préférences > Préférences de plan (à droite de l’écran) > Taux d’inflation/ de croissance par défaut > Taux de croissance de l’épargne %. En outre, les frais par défaut pour ces comptes imposables sont également définis dans Préférences du régime > Frais d’investissement > % imposable.

Toutefois, les paramètres de ces comptes individuels par défaut peuvent être ajustés dans l’écran Épargne sous Paramètres avancés > Croissance. Vous y trouverez le taux de croissance et les frais appliqués à tout argent liquide placé en dépôt sur le compte. Si vous ajustez ces paramètres, ils seront appliqués à tous les fonds déposés sur le compte, y compris le dépôt hypothétique créé par l’analyse des besoins en assurance vie.

Des règles de balayage spéciales peuvent également être définies pour les comptes de caisse par défaut. En sélectionnant un compte de caisse par défaut (par exemple, le compte de Jean) dans l’écran Épargne, développez les Paramètres avancés et vous trouverez une option spéciale permettant de balayer annuellement le solde vers d’autres comptes. Ce paramètre spécial, qui n’est disponible que pour les comptes de trésorerie par défaut, permet de définir des règles pour balayer automatiquement tous les fonds déposés sur les comptes de trésorerie par défaut vers d’autres comptes du régime, tels que les placements non enveloppés, les ISA, l’épargne ou les achats d’argent.

Si vous définissez une règle de balayage pour le compte en espèces par défaut du survivant, la somme forfaitaire créée par la simulation ne sera pas placée dans les espèces par défaut et sera augmentée en conséquence ; elle sera plutôt balayée dans le(s) compte(s) cible(s) spécifié(s) et augmentée en utilisant les hypothèses pour ces comptes.

Balayage des fonds et erreurs de solution lors de l’exécution de l’analyseur de besoins en assurance vie

Un mot d’avertissement. Si vous avez défini des fonds qui seront automatiquement transférés de l’argent par défaut vers un autre compte, par exemple un investissement non liquidé, et que vous avez à votre tour défini le compte pour interdire ou limiter les retraits (en utilisant les paramètres avancés des limites de liquidation/retraits planifiés), vous risquez de créer un problème que l’analyseur de besoins ne pourra pas résoudre. Il en résulterait une erreur de simulation. Lors de l’exécution de la simulation, le champ Montant nécessaire afficherait le résultat d’une « erreur de solution ».

Le même problème se poserait si vous deviez définir une règle de balayage pour déplacer automatiquement des fonds vers un type de compte spécial sur lequel le logiciel ne prend pas en compte les retraits ad hoc afin de compléter les revenus. Il s’agit de comptes bénéficiant d’un traitement fiscal particulier.

Les retraits ad hoc ne sont jamais prélevés :

– Pensions de tirage (sauf lorsque les revenus de tirage sont définis pour être prélevés « selon les besoins »),

– Trusts (autres que les Child Trusts et seulement dans certaines circonstances),

– Les régimes d’investissement des entreprises,

– Fiducies de capital-risque,

– Fiducies de dons à prix réduit.

Normalement, vous devez effectuer un prélèvement pour retirer des fonds de ces comptes, mais le fait que tous les fonds soient automatiquement transférés de l’argent par défaut vers l’un de ces types de comptes spéciaux entraînera probablement une erreur de solution lors de l’analyse des besoins.

Une autre cause fréquente d’erreurs de simulation – Limiter les sources de remboursement des frais

Les sources de paiement des dépenses sont une autre cause fréquente d’erreurs de solution. Pour les dépenses, vous avez la possibilité de préciser si une source privilégiée, généralement un compte d’épargne ou de placement particulier, doit être utilisée pour payer une dépense donnée avant que d’autres sources de paiement possibles, comme les revenus, ne soient prises en compte. Par exemple, si vos clients économisent dans un fonds spécial pour payer les futurs frais universitaires de leurs enfants, vous devriez probablement définir ce compte comme la source de paiement préférée pour ces frais dans l’écran Dépenses > Paramètres avancés > Source de paiement des dépenses. Il n’y a aucun mal à le faire si nécessaire. Le logiciel prélèvera d’abord sur le compte spécifié lorsqu’il tentera de payer les frais et si le compte ne dispose pas de fonds suffisants, il prélèvera sur d’autres sources.

Il existe une option supplémentaire dans le panneau Source de paiement des dépenses pour « Autoriser uniquement la source préférée à payer les dépenses ». Ce paramètre peut créer des problèmes pour les analystes des besoins. En cochant cette option, vous empêcherez le logiciel d’effectuer la dépense à partir d’une autre source que la source de paiement préférée. N’utilisez cette option que très rarement et nous vous recommandons de ne l’utiliser que dans des plans d’urgence. Elle pourrait être utile, par exemple, pour tester un cas afin de découvrir si vos clients économisent suffisamment dans ce fonds d’éducation pour financer entièrement les futurs frais de scolarité de leurs enfants. Les revenus et autres actifs liquides sont retirés de la combinaison lors du paiement de ces futures dépenses et si le compte est sous-financé, les déficits seront indiqués dans le tableau des flux de trésorerie, généralement au-dessus de la ligne noire des besoins pour indiquer qu’il s’agit alors d’un déficit artificiel. D’autres revenus et actifs sont disponibles, mais le logiciel n’est pas autorisé à les utiliser.

Si vous utilisez l’option « Autoriser uniquement la source privilégiée pour payer les dépenses » et que le compte en question est sous-financé, le logiciel ne sera jamais autorisé à puiser dans d’autres sources pour payer la dépense en question. Lors de l’analyse des besoins, il en résultera une « erreur de solution » car le logiciel ne pourra pas trouver de solution au déficit. L’analyseur de besoins en assurance vie et en paiement d’un montant forfaitaire dépose les fonds sur des comptes de trésorerie par défaut. L’analyseur de besoins en épargne annuelle dépose des fonds sur un compte hypothétique « d’analyse des besoins », sur le modèle d’un investissement non enveloppé. Aucune de ces simulations ne placera les fonds sur un compte de source de paiement privilégiée, sauf bien sûr si la source de paiement privilégiée est un compte de trésorerie par défaut. Soit dit en passant, il n’est normalement pas nécessaire de définir un compte en espèces par défaut comme source de paiement complémentaire privilégiée, puisque ces comptes constituent déjà la première source de retraits en espèces pour le revenu complémentaire, une fois les entrées de l’année épuisées.