Accessible à tout le monde et peu coûteux, le crédit sans banque ne requiert aucune formalité spécifique. Malheureusement, certaines personnes en profitent pour escroquer les emprunteurs. Comment échapper à leur piège ? Quelle démarche adopter pour sécuriser une telle opération ?

Choisir un prêteur sérieux

Le crédit entre particuliers représente une pratique légale et juridiquement encadrée. Elle ne s’adresse pas uniquement aux interdits bancaires. De nombreux usagers y recourent en raison de sa simplicité. En effet, le déblocage de l’argent peut intervenir sur un accord tacite ou écrit entre les parties. Cela peut s’effectuer sous seing privé ou devant un notaire. Le prêteur peut faire valoir ses droits avec la reconnaissance de dettes ou le contrat daté et signé. Généralement, les créanciers virent directement les fonds octroyés.

De nombreux escrocs proposent des services dans ce secteur d’activité. Ils profitent de la simplicité de la procédure pour extorquer de l’argent aux emprunteurs. Ils n’hésitent pas à usurper l’identité d’autres personnes. Les gens doivent donc absolument éviter de solliciter un crédit sans banque auprès des inconnus qui inondent les réseaux sociaux et les boîtes électroniques de messages. Ils doivent plutôt privilégier les prêteurs qui opèrent via des sites sérieux et réputés comme https://www.123pretentreparticulier.org. La prudence leur recommande de lire les avis des internautes avant de s’engager avec un créancier. Cela leur permet de débusquer aisément les escrocs.

Rejeter les offres surréalistes

Dans l’Hexagone, la loi précise que le taux de crédit des prêts entre particuliers ne doit pas dépasser celui d’usure de la Banque de France. Les parties peuvent négocier librement le coût de l’opération. Mais, les emprunteurs doivent rester bien vigilants. Ils ne doivent surtout pas confondre un crédit sans intermédiaire financier à un acte de charité. En effet, certains escrocs proposent des crédits à des taux proches de 0 % avec une durée de remboursement exceptionnelle pour appâter leurs victimes. Les personnes désireuses de contracter un prêt entre particuliers doivent procéder à certaines vérifications.

  • Elles doivent s’assurer que leur interlocuteur existe réellement. Quelques investigations sur internet suffisent pour s’en rendre compte.
  • Elles ne doivent pas s’empresser de lui envoyer des informations bancaires sensibles sans avoir obtenu un accord crédible.
  • Enfin, les emprunteurs ne doivent pas consentir de frais de dossier avant le déblocage des fonds. Après le virement, ils doivent attendre que leur banque valide définitivement l’encaissement de l’argent avant d’honorer tout engagement financier lié à ladite opération.

Privilégier un prêteur respectueux des textes

Certes, la loi n’impose aucune formalité pour un crédit entre particuliers. Cela ne signifie pas l’absence de toute vérification. Un créancier sérieux doit demander un justificatif de revenu à ses requérants, au minimum. Cela lui permet de s’assurer de la solvabilité de l’emprunteur et de sa capacité à remboursement. Seuls les escrocs n’y pensent pas.

Par ailleurs, un prêteur doit exiger la signature d’une reconnaissance de dette. Certains créanciers imposent la formalisation de la procédure devant un notaire. Dans tous les cas, le débiteur doit rester vigilant et bien négocier la transaction pour éviter de tomber dans les pièges.